La variance (la chance au poker)

Ma définition de la « chance » c’est de réaliser quelque chose qui a peu de probabilité de se produire. Au poker, avoir une probabilité de 1% est extrêmement faible et la réaliser demande énormément de chance, à un instant T.

Au poker, on dit souvent que seul le long terme compte, ce qui est juste. Mais pas tout a fait à mon sens. Au cash game, les situations se ressemblent presque tout le temps. La notion de « long terme » prend tout son sens.
Par contre en tournoi, et plus particulièrement en fin de tournoi (la table finale) où les paliers sont importants, la notion de « long terme » n’est plus vraiment appropriée. En effet, malgré un énorme volume, les situations seront rarement similaires (stacks des joueurs, paliers, voir même réflexion).
Jouer un flip en cash game pour 200bb et le perdre n’a pas trop d’importance puisque ce coup la sera certainement rejoué rapidement et donc la variance va plus ou moins lisser l’EV.
En tournoi (table finale) perdre un flip pour un palier de 100 000€ (ce qui n’est pas rare sur les gros events) va être compliqué a « lisser » puisque la situation demande beaucoup de paramètre presque aléatoire (une rencontre de 50/50 contre un joueur à stack équivalent en table finale sur un palier à 100k) Autant dire que la perte d’EV est encore plus énorme si le coup est un 80/20 perdu à ce stade là du tournoi.

Mais le long terme, c’est combien de temps ? En cash game on va plutôt attribuer un nombre de mains pour exprimer le long terme, je dirais 1 million de mains minimum. Je pense que sur un tel sample, on peut déduire la part de chance dans le résultat finale puisqu’elle est presque inexistante. En clair, le résultat sur un tel nombre de main correspond à notre run global ainsi que notre stratégie aux tables. Si sur autant de mains on est gagnant, il y a fort à parier que notre stratégie soit efficace. L’inverse est tout aussi vrai.
En tournoi, la notion de long terme est en rapport avec le nombre de jeu joué. Je pense qu’à partir de 5000 tournois, on peut se faire une idée approximative de notre niveau. Cependant, puisque la part de chance à court terme a un plus fort impact, le résultat final peut être totalement différent d’un joueur à l’autre ayant les mêmes compétences technique et jouant une même limite. (un site internet illustre parfaitement ce concept, http://pokerdope.com/poker-variance-calculator/)
Cependant, le poker étant basé sur des statistiques, on dit que tout s’équilibre. Un 50/50 parfait sera gagné 1 fois sur 2. Oui, mais sur une infinité de 50/50 joué, hors chacun d’entre nous jouons moins de 100 ans, et c’est extrêmement faible face à l’infini. Et avec l’infini, tout est possible. En une infinité de 50/50 joué, on peut en perdre 1 000 000 000 000 000 000 A LA SUITE, même si c’est peu probable. Cela confirme donc que certains d’entre nous ont plus de chance au poker que d’autre sur toute une vie, et d’autre on plus de malchance. (A noter la différence entre CHANCE / MALCHANCE / NE PAS AVOIR EU DE CHANCE, soit avoir eu de la chance pour réussir quelque chose de peu probable, être malchanceux pour avoir échouer quelque chose de très probable et ne pas avoir eu de chance pour avoir échouer quelque chose de peu probable.)

Je dirais donc pour conclure que le cash game nécessite moins de réussite que le tournoi, mais que malgré la notion de long terme lié à toute une vie de jeu, elle n’est pas assez grande pour déterminer pleinement le niveau technique d’un joueur de MTT, ainsi que définir si ses résultats sont à la réelle hauteur de ces compétences.
A chacun d’accepter ce phénomène, d’augmenter toujours plus son volume de jeu et surtout travailler afin d’avoir une longueur d’avance.

Sandwichauthon